Présentation

 
 

“Certaines de nos questions existentielles les plus importantes (sur notre origine, notre nature, notre écologie, notre avenir…) acceptent des réponses rationnelles, vérifiables et définitives. Alors que nous faisons face à un contexte de crise globale dont nous devons assumer la responsabilité et qui annonce l’imminence de notre fin, nous réconcilier avec ce que nous sommes semble malgré tout possible.”

 
 

Parution le 1er décembre 2014

 

Essai Sur la Raison de Tout - Mignerot - SoLo - 2014 - front

 
 

Vers la présentation du site ->

 
 

Lire la suite »

Pour prédire l’avenir, rien ne vaut un jeu ! – Le Monde.fr

 

Source LeMonde.fr – 24 septembre 2014

 

Prédiction de l’avenir appliquée à la protection de l’environnement et du climat : on n’a jamais vu par le passé l’humanité ne pas utiliser une énergie ou des ressources disponibles pour maintenir ou augmenter son niveau de confort et de sécurité. La situation ne change pas aujourd’hui, il n’est alors pas suffisant d’y croire pour que cela change demain.

 
Lire la suite »

L’humain peut-il s’adapter à lui-même ? – Gilles Boeuf

Conférence d’honneur dans le cadre du Forum EDS 2013 : Développement durable et biodiversité : le rôle des universitaires.

Pour sa deuxième édition, le Forum EDS recevait un conférencier de prestige, M. Gilles Bœuf, biologiste, professeur à l’Université Pierre & Marie Curie (Paris 6/UPMC) et président du Muséum National d’Histoire Naturelle de France.

Gilles Bœuf vient d’être nommé pour faire partie du très important Groupe d’experts multidisciplinaires de l’IPBES (Plate-forme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques), équivalent du GIEC pour la biodiversité.

Sa conférence s’intitulait « L’Homme peut-il s’adapter à lui-même? »

Lire la suite »

C. Lévi-Strauss : Ce n’est pas un monde que j’aime

« Ce que je constate, ce sont les ravages actuels ; c’est la disparition effrayante des espèces vivantes, qu’elles soient végétales ou animales ; et le fait que du fait même de sa densité actuelle, l’espèce humaine vit sous une sorte de régime d’empoisonnement interne – si je puis dire – et je pense au présent et au monde dans lequel je suis en train de finir mon existence. Ce n’est pas un monde que j’aime. »

Claude-Lévi Strauss

 

 
Lire la suite »

C. Bourguignon – Sur l’agriculture intensive et la fin de l’humanité

“Les écologistes se posent la question à l’heure actuelle de savoir jusqu’où… à quel moment l’humanité qui commencera à s’écrouler. Pour le moment, on a détruit 90 % de notre biodiversité en Europe, ça va encore pour nous. Donc les écologistes disent : est-ce que c’est à 95% que le système va lâcher, est-ce que c’est… je sais pas. La catastrophe du Crétacé est ridicule en comparaison de ce qui se passe en ce moment.”

 
Claude Bourguignon
 

Lire la suite »

Il était une fois… la terre, et l’humanité – Dessin animé

Il était une fois… la Vie est une série télévisée d’animation française-japonaise en 26 épisodes de 25 minutes, créée par Albert Barillé en 1986 et diffusée à partir de janvier 1987 sur Canal+, puis à partir du 13 septembre 1987 sur FR3 et est maintenant rediffusée sur Gulli. (Wikipedia)

 

Quand les années 1980 expliquaient avec une grande pédagogie aux enfants en quoi le développement de l’humanité a des conséquences irrémédiables sur l’environnement. Dans le générique de cette série, la Terre explose ! Une image extrêmement forte, qui aura peut-être marqué certains d’entre nous désormais adultes et… préoccupés.

 


Il était une fois… la Terre par gerald_w-a

 
Lire la suite »

Crises, environnement, climat : pourquoi il est trop tard pour agir… depuis toujours

 
 

Nous nous questionnons sur la soutenabilité de nos sociétés en contexte de crise systémique. Saurons-nous remplacer nos ressources énergétiques, que nous savons limitées, par d’autres, disponibles sur le long terme ? Pourrons-nous dépasser la fin des matières premières pour construire un autre monde, plus sobre, de surcroît plus respectueux de l’environnement ?

Si nous n’y parvenons pas et que les civilisations hypertechnologiques d’aujourd’hui disparaissent, d’autres pourront-elles leur survivre et prolonger longtemps l’histoire humaine ?

 
 

Introduction à la théorie écologique de l’esprit et à la théorie de tout proposées dans les ouvrages suivants :

 
 

- Le piège de l’existence : Pour une théorie écologique de l’esprit, Editions SoLo, 2014

 

- Essai Sur la Raison de Tout, deuxième version : La vérité, Editions SoLo, 2014

 

- Synesthésie et probabilité conditionnelle : Lire le langage de programmation de l’Univers, accéder à une théorie de tout ?, Editions SoLo, 2014

 
 

theorie de tout mignerot

 
 

Plan :

 

1    Evolution autonome du climat

2    Le libre arbitre, cette (belle !) illusion

3    La compétition interdit la protection de l’environnement

4    Un effondrement salvateur ?

5    L’autodestruction est inscrite dans le principe d’humanité

6    Des processus, non une suite d’évènements

7    L’incertitude comme une défense, non comme de la prudence

8    Conclusion

–    Définitions et références
 
 
Lire la suite »

Ecologie et totalité

 

Il ne semble pas envisageable que nous parvenions réellement à réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Nous n’opérerons jamais aucune transition énergétique, aucune réduction volontaire de notre impact sur l’environnement (lire L’écologie est-elle possible ?).

 

Selon l’équation de Kaya, le niveau de progrès (de confort, de sécurité) de l’humain peut être admis comme parfaitement indexé à la consommation d’énergie. Alors proposer de moins émettre de GES en réduisant la consommation de pétrole et de charbon (qui ne peuvent pas être remplacés par des énergies renouvelables sans réduire le niveau de progrès global, puisqu’elles dépendent des ressources primaires pour être mises en œuvre et entretenues) c’est immanquablement proposer de réduire notre niveau de vie… et cela induit un recul dans la compétition existentielle, à l’échelle de l’individu, de la famille, qui sera moins capable de se soigner ou de prendre soin de ses proches et de ses enfants, ou de la communauté : un pays qui réduirait volontairement son PIB reculerait instantanément dans la compétition internationale. Proposer donc de réduire notre niveau de vie signifie demander aux individus et aux peuples de faire des efforts à leur désavantage direct. Pourquoi feraient-ils ces efforts puisqu’ils seraient sûrs d’être perdants ? Même si à terme les efforts auraient protégé l’avenir, la compétition, elle, se joue bien dans l’instant !

Lire la suite »

Inertie climatique : 40 ans entre la cause et l’effet

réalité existence mignerot théorie de tout

 

Il est assez difficile de trouver des références sur une estimation du temps que met l’atmosphère à réagir aux modifications anthropiques de sa composition (modifications dues aux émissions par l’humain de gaz à effets de serre). Ce temps de réaction (hystérésis, inertie climatique, ou encore “climate lag”) a pourtant été estimé, car il est indispensable pour effectuer des calculs projectifs sur le réchauffement climatique.

Selon les sources disponibles, il se chiffrerait en décennies, aux alentours de 40 ans (documents ci-dessous). Le climat mettrait 40 ans à atteindre le réchauffement provoqué par une quantité x de gaz à effet de serre ajoutée à l’atmosphère.

 

Cela signifie qu’aujourd’hui nous vivons sous le climat qui est le résultat de l’activité humaine des années 1970.

Ce climat nous inquiète, mais nous sommes en retard de 40 ans, et il est déjà certain que le taux de Co2 atmosphérique actuel va irrémédiablement perturber le climat des années 2050…

 

Nous tentons donc de réagir à ce que nous connaissons d’un monde qui date des années 1970, alors que le monde de 2050 est déjà écrit, nous sommes en décalage psychologique et émotionnel de 80 ans avec la réalité !

 
Lire la suite »