Présentation

 

15 avril 2015, après publication de l’article L’Univers n’existe pas, il passe, le site “theorie-de-tout.fr” est rebaptisé L’Univers passe.

 
 

“Certaines de nos questions existentielles les plus importantes (sur notre origine, notre nature, notre écologie, notre avenir…) acceptent des réponses rationnelles, vérifiables et définitives. Alors que nous faisons face à un contexte de crise globale dont nous devons assumer la responsabilité et qui annonce l’imminence de notre fin, nous réconcilier avec ce que nous sommes semble malgré tout possible.”

 
 

Parution le 1er décembre 2014

 

Essai Sur la Raison de Tout - Mignerot - SoLo - 2014 - front

 
 

Vers la présentation du site ->

 
 

Lire la suite »

L’Univers n’existe pas, il passe

 

 L'Univers passe

 
 
 

Notre Univers est-il ouvert ou fermé ?

La cosmologie ne se fourvoie-t-elle pas en tentant de répondre à cette question obsessionnelle ?

 

Christian Magnan, Collège de France

 
 
 

Une question taraude les astrophysiciens : l’Univers est-il un système ouvert ou un système fermé ? Dit autrement : d’où provient l’énergie qui alimente son évolution, son expansion ? Provient-elle de son intérieur (par une forme d’« énergie sombre » ?) ou est-il « ouvert » sur quelque chose (à définir) qui l’alimenterait et l’empêcherait de se trouver dans un état dit de stabilité thermodynamique ? Si, comme le montrent les dernières recherches à ce sujet l’avancée générale des structures qui constituent l’Univers tend vers la maximisation de la dissipation de l’énergie (MEP : Maximum Entropy Production), d’où provient cette énergie ?

Il faut résoudre le paradoxe d’un Univers qui doit à la fois être toute chose (un système fermé) et pour autant trouver ressource suffisante à maintenir le déséquilibre thermodynamique qui permet sa complexification progressive.

 

Et si, au lieu de puiser ses ressources en quelque lieu interne ou externe providentiel, l’Univers les puisait à… hier ?

 
Lire la suite »

Maximum Entropy Production – 3e loi thermodynamique

La physique aujourd’hui se questionne sur la possibilité d’une loi générale qui orienterait l’organisation de toute chose, qui donnerait un sens à l’évolution de l’Univers.

La “troisième loi de la thermodynamique” ou MEP (Maximum Entropy Production) pourrait être cette loi, et elle exprime que les structures physiques suivent la nécessité de toujours dissiper un maximum d’énergie par unité de masse.

 

“L’astrophysicien américain Eric Chaisson a montré en 2001 qu’au fil de l’histoire de l’univers sont apparues des structures capables de dissiper l’énergie toujours plus efficacement, en rapportant leur production d’énergie libre à leur masse :

Source François Roddier - Thermodynamique de l'évolution

Source François Roddier – Thermodynamique de l’évolution


Lire la suite »

Interview pour Radio Pluriel, Essai Sur la Raison de Tout

Radio Pluriel

 

Interview du 9 juin 2008 pour la sortie de la première version de l’Essai Sur la Raison de Tout, par Michèle Jacquier

 

“Il y a du vertige, de l’apesanteur.”

 

À propos de l’environnement :

“C’est la question d’aujourd’hui et de demain, la première question qu’il faut se poser. Elle est fondamentale dans ce livre.”

 

“Il n’est pas de plus grande harmonie que celle de l’Univers, il n’est pas de plus beau tableau que celui offert à nos sens par la nature. Si l’humanité rend l’harmonie fébrile et salit le tableau, je rêve que ma contribution à notre évolution soit d’annoncer la possible restauration du plus simple et du plus bel équilibre.”

 
Lire la suite »

NASA : Foire Aux Questions sur le changement climatique

La NASA propose une Foire Aux Questions sur le changement climatique. Selon leurs experts, un réchauffement cilmatique global de 6 degrés semble acquis.

Source : climate.nasa.gov

 

Is it too late to prevent climate change?

 

clock
Credit: Shutterstock.

 
Humans have caused major climate changes to happen already, and we have set in motion more changes still. Even if we stopped emitting greenhouse gases today, global warming would continue to happen for at least several more decades if not centuries. That’s because it takes a while for the planet (for example, the oceans) to respond, and because carbon dioxide – the predominant heat-trapping gas – lingers in the atmosphere for hundreds of years. There is a time lag between what we do and when we feel it.In the absence of major action to reduce emissions, global temperature is on track to rise by an average of 6 °C (10.8 °F), according to the latest estimates. Some scientists argue a “global disaster” is already unfolding at the poles of the planet; the Arctic, for example, may be ice-free in the summer within just a few years. Yet other experts are concerned about Earth passing one or more “tipping points” – abrupt, perhaps irreversible changes that tip our climate into a new state.

 
Lire la suite »

La singularité écologique

 

English

En cours de traduction

 

PPTSuperComputersPRINT

La singularité technologique, frise chronologique de Ray Kurzweil

 
 

La singularité technologique, concept  qui a émergé au cours de la deuxième moitié du 20ème siècle, propose d’envisager un temps à partir duquel les technologies développées par l’humain auront atteint un tel niveau de performance et d’autonomie que l’humanité pourrait vivre une ère de fusion avec la machine, modifiant le fonctionnement de son corps et de son esprit. Les perspectives envisagées après la singularité sont multiples et toujours discutées : élévation « dématérialisée » de l’esprit, vie extra corporelle pour les plus optimistes (transhumanisme), au contraire avilissement et aliénation pour les plus critiques.

La période supposée voir survenir la singularité technologique, notamment estimée à partir de la Loi de Moore, mais qui reste aussi spéculative que le concept même de singularité, coïncide avec celle des prévisions désormais acceptées par l’essentiel de la communauté scientifique du déclin de l’humanité pas fin des ressources, pollution et destruction globale de l’équilibre écologique vital.

Sans envisager aucun rapprochement causal entre ces deux prédictions, observons en quoi, si la temporalité de la singularité technologique recoupe les scénarios notamment proposés par le Club de Rome sur l’avenir humain ce n’est peut-être pas sans signification, et parce que l’idée que la technologie pourrait provoquer des changements profonds dans les modes d’adaptation humains recoupe peut-être une autre réalité.

Lire la suite »

Théorie écologique de l’esprit : confirmations ?

 

Toute la singularité de l’humanité pourrait ne trouver son origine que dans l’apparition de nouvelles contraintes adaptatives : les avantages acquis et leurs effets sur l’environnement auraient obligé notre esprit à évoluer de façon spécifique.

 

Essai Sur la Raison de Tout, Le piège de l’existenceSynesthésie et probabilité conditionnelles sont trois ouvrages qui traitent de la possibilité d’une “théorie écologique de l’esprit” compatible avec l’histoire, les données anthropologiques et les observations passées ou contemporaines. Le premier ouvrage est un modèle d’évolution à ambition holistique, le second présente une synthèse méthodologique et conceptuelle permettant de mieux comprendre en quoi le déterminisme évolutif semble contraindre nos choix, le dernier propose une modélisation plus fine de la singularité de l’esprit humain, au regard de particularités perceptives et cognitives des autres êtres vivants.

Retrouvez sur cette page les dernières données scientifiques qui pourraient confirmer la validité des différentes hypothèses que je propose.

 
 

Une structure cognitive analytique ou holistique dépendrait du type d’agriculture (riz, blé) pratiqué dans l’histoire de la communauté d’appartenance de l’individu :

Écouter cette émission sur France Culture

Étude de référence sur Science Mag

riz

Lire la suite »

L’avenir de l’humanité : la paix absolue 2/2

Article paix 1/2

 

Death

 
 
 

S’il n’y a pas d’espoir, la guerre est impossible.

 
 
 

Nous ne pensons pas l’avenir avec les bons paradigmes

 

Alors qu’il ne fait plus de doute aujourd’hui, en toute rigueur, que la fin des ressources et les dérèglements climatiques contraindront de plus en plus fortement l’existence humaine, notre compréhension de la période à venir de réduction du champ des possibles subit un biais cognitif : nous sommes contraints de projeter sur ce qui va arriver (le déclin) ce que nous connaissons du monde d’hier (l’opulence).

Nous continuons à penser le 21ème siècle avec les paradigmes du 20ème, et ils sont caduques. Ils sont faux sur la disponibilité des ressources et nos potentialités de développement (le modèle économique néoclassique des approvisionnements faciles ne tient plus, évidemment), et ils sont faux à propos de la peur… parce que nous n’avons plus les moyens de la guerre !

Lire la suite »