Press "Enter" to skip to content

Sans lendemain (There’s no tomorrow) – Film

 

Percutant et superbement réalisé, ce film d’animation questionne notre mode d’exploitation des énergies fossiles et des ressources naturelles, ses conséquences au niveau planétaire et l’impasse où nous mène notre modèle de croissance.

 

 

Source

 

 

Sans Lendemain (There’s no tomorrow) a été réalisé par Dermot O’ Connor et produit par incubate pictures en association avec le Post Carbon Institute, en 2012.

En seulement 35 minutes, il réussit le tour de force d’aborder de manière intelligible toute une série de problématiques liées à la croissance vue comme mère de toutes les crises(1) : déplétion des combustibles fossiles et des autres ressources non renouvelables, destruction de l’environnement et de la biodiversité, problème de la surpopulation et de la nourriture, etc. Sans oublier l’absurdité de notre système économique interdit d’équilibre par nature : comme une chaîne de Ponzi, le système doit croître ou mourir.

 

 

Ce film constitue un excellent outil d’information et de débat pour tout public, de préférence en l’accompagnant d’un exposé adapté, en particulier pour anticiper des questions relatives à certains des concepts abordés et, plus encore, pour les pistes de sortie par le haut (autant que possible), le dernier chapitre du film, Happy end, étant un peu lacunaire à propos des perspectives et solutions.

 

Version française

La traduction et le doublage en français de ce film étasunien ont été réalisée par le groupe de Liège du mpOC (Mouvement politique des objecteurs de croissance) ; le doublage a pu être réalisé grâce au soutien financier des associations suivantes (pour la partie mixage audio) : Amis de la Terre Belgique (www.amisdelaterre.be), ASPO.be (www.aspo.be), GRAPPE (www.grappe.be), IEW (www.iewonline.be), Imagine demain le monde (www.imagine-magazine.com) et mpOC (www.mpOC.be).

 

(1) Crise. Ce que cache le mot crise, Yannis Youlountas (philosophe, poète) : « Le mot-clef de la période actuelle est sans doute le mot crise […] ». Lire la suite.

 
 
 

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Translate »