Press "Enter" to skip to content

L’apparition des grandes religions expliquée par une hausse du niveau de vie

 

Psychomedia

 

Sources : Psychomedia et Current Biology

 

Le 12 décembre 2014, le magazine en ligne Psychomedia publie un article résumant les conclusions d’une nouvelle étude publiée dans Current Biology (intégration ci-dessous). Celle-ci montrerait que l’apparition des grandes traditions religieuses trouverait sa cause dans une augmentation générale du niveau de vie (que les auteurs appellent aussi “capture d’énergie”).

L’Essai Sur la Raison de Tout propose également de considérer l’hypothèse d’une théorie écologique de l’esprit : la singularité humaine (capacités d’abstraction, langage complexe et structure psychique) n’aurait pour explication que la dérégulation progressive de la relation à l’environnement par l’acquisition de techniques qui, si elles apportent des avantages adaptatifs, ont aussi des effets destructeurs obligeant à devoir substituer à la réalité de ces effets délétères d’autres représentations afin de ne plus avoir à en tenir compte pour maintenir possible le profit. L’humanité serait la seule espèce capable d’agir de façon dérégulée sur l’environnement, en s’adaptant en fonction des histoires qu’elle se raconte plutôt qu’en fonction de la réalité perçue. Cette différence suffirait à expliquer sa différenciation de l’ensemble des autres êtres vivants. L’humanité n’est plus une espèce comme les autres, car elle peut croire que les animaux chassés de façon dérégulés pourront exister même après leur disparition, que la destruction par le feu mal maîtrisé pourra être compensée par une meilleure maîtrise du feu et que les accidents deviendront impossibles, que les forêts repoussent sans fin à l’identique après leur abattage, que les champs pourront rester fertiles malgré leur surexploitation etc.

L’humanité, affranchie de la régulation de la vie par la vie qui définit normalement le champ des possibles pour tout être vivant, ne peut pour autant pas exister sans donner ni sens ni règles à son action, et l’acquisition d’un plus grand confort par le non-respect des règles préinscrites dans les contraintes naturelles impliquerait l’élaboration de mythologies et de croyances proposant leurs propres règles de régulation.

Cette étude participerait à confirmer cette hypothèse.

 
 

Extraits de l’Essai Sur la Raison de Tout, lire en particulier la partie 8, Métaphysique et illusions :

 

8.1.1 Causa sui

L’humanité a pris conscience d’elle-même quand il lui a fallu organiser son action afin de dissimuler les effets destructeurs de son existence. La conscience est née avec le besoin de l’humanité de se couper de sa filiation vivante qu’elle est condamnée à détruire.

 

8.1.9 Croyance

Cet ensemble d’entités (métaphysiques), ou tout ce qui peut être créé pour expliquer et guider l’évolution, est ce en quoi l’humanité doit croire pour exister, afin que sa propre évolution ne la mène pas vers la révélation de l’inacceptable (sa destruction par sa propre action). Ce en quoi l’humanité croit, qui ne peut avoir de justification réelle, est aussi multiple et diversifié qu’il existe d’humains capables de croyances différentes.

 

8.2.1 La dernière croyance (la liberté)

L’évolution de l’humain autorise les groupes dominants à organiser la relation à l’environnement au mieux en fonction de leurs exigences propres. Les humains dominants sont capables de ne jamais avoir à agir dans la destruction ou de pouvoir croire que leur existence n’est pas destructrice car leur environnement n’est constitué que des effets positifs de l’existence humaine. Les humains dominants sont capables de se considérer totalement détachés de leur filiation vivante et de leur dépendance à l’égard de tout autre humain. Les humains dominants sont capables de se croire libres.

 
 

Article Psychomedia :

 

35899-49246-image

 

Les mouvements ascétiques et moralisateurs qui ont engendré les grandes traditions religieuses du monde – le bouddhisme, l’islam, le judaïsme, l’hindouisme et le christianisme – ont surgi à peu près à la même époque dans trois régions différentes du monde.

Cette convergence culturelle, souvent appelée période axiale (dans le sens de pivot), présente une énigme: pourquoi a-t-elle émergé en même temps en religions moralisatrices distinctes, avec des caractéristiques très similaires, dans différentes civilisations?

Cette émergence s’expliquerait par une hausse du niveau de vie, selon un modèle développé par les auteurs d’une étude publiée dans la revue Current Biology.

Il semble presque évident aujourd’hui que la religion concerne des préoccupations spirituelles et morales, mais ça n’a pas toujours été le cas“, explique Nicolas Baumard de l’Ecole Normale Supérieure de Paris. “Dans les sociétés de chasseurs-cueilleurs et au début des chefferies, par exemple, la tradition religieuse était axée sur les rituels, les offrandes sacrificielles, et les tabous visant à conjurer le mauvais sort et le mal“.

Ces changements sont survenus entre 500 et 300 AEC (Avant l’Ère Chrétienne) alors que de nouvelles doctrines sont apparues à 3 endroits en Eurasie.

Ces doctrines, écrivent les chercheurs, “mettent toutes l’accent sur la valeur de la ‘transcendance personnelle‘, la notion que l’existence humaine a un but, distinct de la réussite matérielle, qui repose sur une existence morale et le contrôle de ses propres désirs matériels, à travers la modération (dans la nourriture, le sexe, l’ambition, etc.), l’ascétisme (le jeûne, l’abstinence, le détachement), et la compassion (aider, souffrir avec les autres).

Alors que de nombreux chercheurs ont fait valoir que les sociétés de grande envergure sont possibles et fonctionnent mieux grâce à la religion moralisante (hypothèse de la complexité politique), Baumard et ses collègues (1) n’en étaient pas si sûr. Après tout, explique le chercheur, certains des anciens empires les plus prospères avaient tous des dieux non-moraux. “Pensez, dit-il, à l’Egypte, l’Empire romain, les Aztèques, les Incas et les Mayas.

Dans cette étude, ils ont testé diverses théories en combinant la modélisation statistique et des théories psychologiques basées sur des approches expérimentales.

Ils ont conclu que la richesse (le développement économique) – ce qu’ils appellent la capture d’énergie – explique le mieux ce qui est connu de l’histoire religieuse, et non pas la complexité politique ou la taille de la population.

Leur modèle montre une nette transition vers les religions moralisatrices lorsque les individus recevaient 2000 calories par jour, un niveau d’abondance suggérant que les gens étaient généralement en sécurité, avaient des toits sur la tête et beaucoup de nourriture, à la fois dans le présent et dans un avenir prévisible.

Cela nous semble très élémentaire aujourd’hui, mais cette tranquillité d’esprit était totalement nouvelle à l’époque“, souligne Baumard. “Les êtres humains vivant dans les sociétés tribales ou même dans les empires archaïques connaissaient souvent la famine et les maladies, et ils vivaient dans des maisons très rudimentaires. Par contraste, la forte augmentation de la population et l’urbanisation dans la période axiale suggère que, pour certaines personnes, les choses commençaient à aller beaucoup mieux.

Cette transition, disent les chercheurs, est compatible avec un passage de stratégies de vie “rapides”, portant sur les problèmes immédiats (acquisition de ressources et interactions coercitives), à celles axées sur les investissements à long terme (techniques d’auto-contrôle et interactions coopératives).

Il sera maintenant intéressant, disent les chercheurs, de tester si d’autres caractéristiques familières de la société humaine moderne, telles que le grand investissement parental et la monogamie à long terme, pourraient avoir le même changement historique comme origine.

 

(1) Alexandre Hyafil de l’Ecole Normale Supérieure (Paris), Ian Morris de l’Université Stanford et Pascal Boyer du département de psychologie de l’Université Washington et de l’Université de Lyon.

Psychomédia avec sources : Cell Press, Current Biology (résumé), Current Biology (article)

 
 

Increased Affluence Explains the Emergence of Ascetic Wisdoms and Moralizing Religions – Current Biology :

 

Loading...

 
 
 

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Translate »