Press "Enter" to skip to content

Théorie écologique de l’esprit : confirmations ?

 

Toute la singularité de l’humanité pourrait ne trouver son origine que dans l’apparition de nouvelles contraintes adaptatives : les avantages acquis et leurs effets sur l’environnement auraient obligé notre esprit à évoluer de façon spécifique.

 

Essai Sur la Raison de Tout, Le piège de l’existenceSynesthésie et probabilité conditionnelles sont trois ouvrages qui traitent de la possibilité d’une “théorie écologique de l’esprit” compatible avec l’histoire, les données anthropologiques et les observations passées ou contemporaines. Le premier ouvrage est un modèle d’évolution à ambition holistique, le second présente une synthèse méthodologique et conceptuelle permettant de mieux comprendre en quoi le déterminisme évolutif semble contraindre nos choix, le dernier propose une modélisation plus fine de la singularité de l’esprit humain, au regard de particularités perceptives et cognitives des autres êtres vivants.

Retrouvez sur cette page des études qui pourraient confirmer la validité des différentes hypothèses que je propose.

 
 

Une structure cognitive analytique ou holistique dépendrait du type d’agriculture (riz, blé) pratiqué dans l’histoire de la communauté d’appartenance de l’individu :

Écouter cette émission sur France Culture

Étude de référence sur Science Mag

riz

 
 

L’apparition des grandes religions pourrait être expliquée par une hausse du niveau de vie :

Article de synthèse et références

35899-49246-image

 
 

La créativité serait liée à la culture d’appartenance, en particulier à ses caractéristiques collectivistes ou individualistes (voir ci-dessus structure cognitive et agriculture) :

Étude de l’Université Concordia

Concordia

 
 

L’ennui favoriserait les opinions politiques extrêmes :

 
 

À ce jour, la science n’a jamais observé ni démontré la possibilité du libre arbitre :

Article de synthèse et références à propos des travaux de Benjamin Libet

Quand la Philosophie rencontre les neurosciences et envisage le déterminisme absolu : Avant demain, Epigenèse et rationalité – Catherine Malabou

KfZnNKxA4u4PmhbqmvxqdDl72eJkfbmt4t8yenImKBXEejxNn4ZJNZ2ss5Ku7Cxt

 
 

Théorie écologique de l’esprit et évolution, un cerveau soumis à la quête de complexité :

Article de synthèse

“Il est tentant de spéculer, sur la base de ces résultats et des conclusions d’une étude antérieure[1], qu’il pourrait y avoir une logique universelle régissant l’évolution des phénomènes naturels – biologiques et non biologiques – et du système nerveux en particulier : la forme émergerait de la perspective générale de la maximisation de l’échange d’information.”

BrainNeurons_web_1024

 
 
 

One Comment

  1. […] rapport expérientiel à lui influe sur notre façon de le penser ou de le conceptualiser (lire Théorie écologique de l’esprit : confirmations ?), tout ce que notre cerveau est capable de produire de représentation du monde sera […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Translate »