Press "Enter" to skip to content

Kingsman : Services secrets

 

Kingsman : Services secrets (Kingsman: The Secret Service) est un film d’espionnage britannico-américain réalisé par Matthew Vaughn, sorti en 2015.

Fiche Wikipedia

 

Sans titre 2

 

Je ne m’attendais pas à un grand film, en effet on évite de peu le nanar. Quelques scènes sont intéressantes malgré tout, en particulier ces échanges entre l’espion anglais et le méchant qui veut dominer le monde :

 

À 00:55:30 :

– Les changements climatiques menacent tout le monde, M. Valentine. Vous êtes un des rares hommes puissants à partager mes inquiétudes (dit l’espion).

– Non, j’ai tout arrêté parce que ça ne donnait rien. Toutes les recherches ont mené à la même conclusion.

– Dioxyde de carbone : fausse piste. On a dépassé le point de non-retour, peu importe les actions correctives.

– (Le méchant, air approbateur et satisfait) Vous connaissez ces conneries.

– Parfois, j’envie l’ignorance de ceux qui sont moins versés dans ces… « conneries ». Comme l’a dit le Pr Arnold : « l’humanité est le seul virus condamné à vivre avec la connaissance de la fragilité de son hôte. »

 

Annoncer en 2014 (date du tournage) qu’on ne peut rien contre l’accumulation du carbone dans l’atmosphère et que le point de non-retour climatique est dépassé.

La fiction en avance sur la science et les organismes internationaux.

Ça arrive.

 

Autre extrait, analogie entre la fièvre et le réchauffement climatique, puis fantasme sur la dépopulation, à 01:28:00 :

– (Le méchant) Quand on a un virus, on fait de la fièvre. Le corps fait monter sa température pour tuer le virus. La planète fonctionne de la même manière. Le réchauffement climatique est la fièvre. L’humanité est le virus. On rend notre planète malade. La dépopulation est notre seul espoir. Si on ne réduit pas nous-mêmes notre population, il n’y a que deux scénarios possibles. L’hôte tuera le virus, ou le virus tuera l’hôte. Dans les deux cas le résultat est le même.

– Le résultat est le même, le virus meurt.

– Valentine va donc s’occuper de la surpopulation tout seul.

– Si on ne fait rien, la nature s’en chargera. Parfois, la sélection est le seul moyen pour une espèce de survivre. L’histoire parlera de Valentine comme de l’homme qui a sauvé l’humanité.

 

À propos du biais de confirmation, lire cet article.

 
 
 

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Translate »