Press "Enter" to skip to content

L’homme et l’énergie, des amants terribles – Jean-Marc Jancovici

 

enpc jancovici

 

Conférence à l’école des Ponts et Chaussées, le 18 septembre 2015

 

Une conférence indispensable pour comprendre les liens entre énergie, matières premières, économie et écologie au sens large.

Je ne partage pas le point de vue de Jean-Marc Jancovici sur le nucléaire. Je crains que dans une perspective de protection de l’environnement et de soutien des économies, “remplacer le charbon par des centrales nucléaires” nous fasse prendre des risques techniques que nous ne sommes pas sûrs de pouvoir assumer à terme. Par ailleurs l’idée qu’un mode de production d’énergie, quel qu’il soit, puisse se substituer à un autre est une hypothèse non vérifiée qui peut entraîner des espoirs infondés voire contre-productifs : jusqu’à aujourd’hui, à l’échelle mondiale, toutes les façons de produire de l’énergie se sont additionnées strictement, accumulant pour l’environnement leurs effets délétères respectifs. La substituabilité d’une énergie par une autre serait envisageable si le PIB d’un pays n’était pas intimement lié à sa consommation d’énergie, mais les équations et la réalité ne le montrent pas(1) et chaque pays préfère naturellement utiliser tous les moyens à sa disposition pour obtenir de l’énergie plutôt que de reculer dans la compétition économique.

Dans le constat de la stricte addition des modes de production d’énergie je suis donc entièrement d’accord avec Jean-Marc Jancovici lorsqu’il affirme, à 1:28:25 de son intervention :

“Les gens qui disent “on va remplacer les fossiles par du photovoltaïque et de l’éolien”, malheureusement pour eux, ne font QUE œuvrer pour que le changement climatique soit plus important.”

Mais le raisonnement pour les ENR s’appliquant aussi selon moi pour le nucléaire, il faut craindre que les sociétés qui fonctionneront encore après la singularité écologique (la fin du développement pour l’ensemble de l’humanité) consommeront toujours très majoritairement du charbon, du pétrole et du gaz, tout comme nos sociétés d’aujourd’hui.

“Entre 2000 et 2014, le charbon a augmenté 35 fois plus que le solaire, et 10 fois plus que l’éolien” (JM Jancovici).

Demain sera beaucoup plus steampunk que smart grid.

 
 

 
 

Illustrations steampunk (genre littéraire qui a inspiré de nombreux artistes) :

Midgar_by_MorganRequiem

 

211071-43808

 

steampunk-game-1680x1050

 
 

(1) Liberté, égalité, responsabilité, Matthieu Auzanneau, 15 juillet 2016 : “La faiblesse de la croissance de la productivité du travail est donnée comme première cause de l’impasse. Or les économistes conventionnels se perdent en hypothèses pour expliquer l’étiolement de cette croissance de la productivité, malgré le numérique, malgré la robotisation. It’s the energy, stupid. Je fais partie d’un groupe hétéroclite d’observateurs (avec notamment Gaël Giraud et Jean-Marc Jancovici en France, et chez les Anglo-Saxons Robert Ayres, Gail Tverberg ou encore James Galbraith) estimant que le rôle décisif de l’énergie a tout bonnement été omis dans les équations économiques en général, et en particulier dans l’interprétation de ce qu’on appelle la productivité du travail.”

 
 
 

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Translate »