Press "Enter" to skip to content

Catégorie : Destruction de l’équilibre écologique vital

Ressources : notre humanité sera terminée avant 50 ans

 

Article du 26/10/12, mises à jour plus régulières sur la question des ressources sur le site de l’association Adrastia.

 

D’aucuns ergoteront sur le chiffre exact – 20 ans, 80 ans ? – celui-ci pouvant varier en cas d’effondrement systémique prématuré ou de ralentissement drastique de notre consommation de ressources. Mais le processus reste le même : les matières premières indispensables pour assurer notre plus haut niveau de confort, de sécurité et leur distribution au plus grand nombre seront demain toutes consommées. Il faut aussi tenir compte du fait que nous extrayons de la richesse grâce à ces ressources, richesse qui nous donne les moyens de continuer à les exploiter. Mais ces ressources sont désormais chaque jour plus difficiles à extraire, donc plus chères et procurant moins de bénéfices, ce qui réduit nos capacités à maintenir possible leur exploitation…

Nous avons peut-être raison d’espérer le bien-être de tous. Mais ce n’est pas nous qui décidons de la possibilité de le réaliser à terme. Nous nous occupons essentiellement de réfléchir sur les conséquences du réchauffement climatique afin de nous y adapter au mieux, mais le débat sur notre avenir n’est pas là. D’ailleurs, il n’y a pas de débat : l’humanité ne peut à la fois se développer et contourner sa fin, quel que soit le bulletin météo.

5 Comments

Médias, commerce des illusions et fin du monde

 

La nature est irrémédiablement détruite par les films et documentaires dont elle est le sujet, même par ceux qui prônent sa protection.

 

L’émission Last chance to see (la dernière chance d’observer), diffusée sur BBC2 propose de suivre un reporter aventurier qui traque et filme les espèces en voie de disparition. Cette émission illustrera pour cet article de quelle façon il peut exister au sein de l’humanité un “commerce de la bonne conscience”, une économie de la représentation positive, utile au maintien de notre exploitation de l’environnement.

 

 

6 Comments

La fin du monde par la science, 1855

Non sans susciter la polémique, Eugène Huzar publie en 1855 un livre résumant ses inquiétudes quant à l’impact des progrès scientifiques sur l’environnement et sur l’avenir de l’humanité. Il faut lire cet ouvrage en acceptant que l’auteur n’a accès qu’aux connaissances scientifiques de son époque et qu’il est peut-être plus un dilettante qu’un “penseur”. Mais il parvient, de façon étonnamment clairvoyante, à comprendre que la déforestation aura un impact dramatique sur la stabilité de l’écosystème terrestre, il anticipe que les guerres futures auront une ampleur industrielle, que les transports ferroviaires, si rapides, nous feront perdre la notion du temps et que l’identité individuelle se diluera dans la masse informe de peuples contraints de maintenir la paix entre eux par l’équilibre de la terreur technologique.

2 Comments

Le choix du pétrole ?

 

De même que la protection de l’environnement n’est pas possible pour l’humain (lire : L’écologie est-elle possible ?), le choix d’une ressource moins polluante que le pétrole pour soutenir le développement de l’humanité n’aurait sans doute pas été possible.

Les premiers véhicules motorisés utilisaient la plupart des ressources énergétiques disponibles à la fin du 19ème siècle : le charbon pour le moteur à vapeur, l’électricité, le pétrole et même les huiles végétales

La première voiture électrique date de 1881 (une Ayrton & Perry ici reconstruite par le musée allemand Autovision) :

 

 

2 Comments

Soleil vert (Soylent green, film, 1973)

 

Il n’est ici rien écrit de nouveau, rien qui n’ait été déjà écrit sous d’autres formes, rien que la mythologie et les textes anciens n’aient déjà prédit. L’avenir a toujours été le même, quels qu’en aient été les commentaires et les interprétations.  Essai Sur la Raison de Tout, première version, page  61 “Mythologie”

 

Il est temps de voir ou revoir SOLEIL VERT, de Richard Fleischer, 1973. Le scénario de ce film d’anticipation semble prophétique sur bien des points. L’histoire se déroule en 2022, le plancton a disparu des océans et l’humanité est affamée.

Leave a Comment

De l’utilité du réchauffement climatique

 

Réchauffement - crise - écologie - économie

 

Pourquoi, malgré nos talents et nos meilleures intentions, ne parvenons-nous pas à modifier le cours, bientôt fatal, de notre évolution ?

 

Alors que le réchauffement climatique ne fait à présent plus de doute (quoiqu’il soit préférable de parler de destruction de l’équilibre écologique vital, dont les perturbations atmosphériques ne sont qu’un des symptômes), le positionnement épistémologique et la méthodologie proposée par l’Essai Sur la Raison de Tout (ESRTV) offrent une nouvelle perspective de compréhension des débats portant sur l’impact écologique de l’activité humaine (ESRTV chapitre 10.4). Selon les hypothèses proposées, la mise en avant de l’étude du fonctionnement dynamique de l’atmosphère, qui est une science complexe, aura eu une utilité très précise dans les échanges humains au cours des dernières décennies d’évolution rapide de nos sociétés et de nos économies.

6 Comments

Crise de la dette

 

Maintenant que l’ampleur du problème est apparue en pleine lumière, une nouvelle certitude a surgi : la certitude que, quelles que soient les mesures adoptées, les choses vont empirer. Une léthargie prolongée apparaît désormais comme le scénario optimiste. Joseph Stiglitz

 

Crise - finance - économie - écologie

 

Comprendre la crise de la dette et plus encore l’avenir de l’ensemble des échanges de biens et de valeurs au sein de l’humanité ne saurait être possible sans une réinscription pertinente des processus en jeu dans un contexte évolutif global, comprenant des définitions strictes et universelles des concepts manipulés.

1 Comment
Translate »