Press "Enter" to skip to content

Catégorie : Théorie de tout

Les émotions de la thermodynamique

 

Ou l’amour suicidaire

 
 
 

Anna Thairs Entropy

Crédit : Anna Thairs

 
 
 

Vincent Mignerot, septembre 2015

Télécharger l’article au format PDF

 

La pièce de théâtre BIG FREEZE, thermodynamique de l’amour, en partie inspirée de ce texte, sera rejouée au Théâtre de la Reine Blanche en février 2017 !

 
 
 
 

Qu’avons-nous fait ?

Le climat maniaco-dépressif, les océans exsangues, les forêts saccagées, les champs en cours de stérilisation, les espèces végétales et animales disparaissant plus vite que nous parvenons à les répertorier ? Nous n’avons jamais voulu cela ! Comment expliquer que le monde nous échappe à ce point, quand nous avons le sentiment de ne l’avoir jamais autant maîtrisé ?

Nous devons envisager que quelque chose nous dépasse, que nous n’avons peut-être même pas inventé, ni Dieu, ni les équations de la physique ni aucune métaphysique, quelque chose d’autre encore, peut-être un principe universel simple et déjà inscrit en nous, mais si révélateur de notre vérité que nous ne pouvions l’identifier que lorsque cette vérité deviendrait incontournable.

La solitude nous angoisse et l’apaisement pour notre cœur n’est pas sans effet sur le monde.

2 Comments

Les mirages du point final – Etienne Klein – France Culture

 

France Culture Etienne Klein

 

« Pour qu’une future théorie prétendument « du tout » puisse se revendiquer scientifique il faudrait qu’elle conduise à des prédictions qui puissent être vérifiées par des mesures, des observations ou des expériences, sans quoi elle risquerait de ne pouvoir se départir du rôle d’éternelle conjecture ou servirait de prétexte à pouvoir tout dire sur n’importe quoi. »

« Une théorie “du” tout ne saurait être considérée a priori comme une théorie “de” tout. »

Etienne Klein

 

Que pourrait-être, alors, une théorie “de” tout ?

Suivre ce lien

 

Ecouter Etienne Klein sur France Culture, émission du 15 mai 2014 (5 minutes) :

Leave a Comment

L’Univers n’existe pas, il passe

 

 L'Univers passe

 
 
 

Notre Univers est-il ouvert ou fermé ?

La cosmologie ne se fourvoie-t-elle pas en tentant de répondre à cette question obsessionnelle ?

Christian Magnan, Collège de France

 
 

Une question taraude les astrophysiciens : l’Univers est-il un système ouvert ou un système fermé ? Dit autrement : d’où provient l’énergie qui alimente son évolution, son expansion ? Provient-elle de son intérieur, par une forme d’« énergie sombre », ou est-il « ouvert » sur quelque chose, à définir, qui l’alimenterait et l’empêcherait de se trouver dans un état dit de stabilité thermodynamique ? Si, comme le montrent certaines des dernières recherches à ce sujet l’avancée générale des structures qui constituent l’Univers tend vers la maximisation de la dissipation de l’énergie (MEP : Maximum Entropy Production), d’où provient cette énergie ?

Il faut résoudre le paradoxe d’un Univers qui doit à la fois être toute chose (un système fermé) et pour autant trouver ressource suffisante à maintenir le déséquilibre thermodynamique qui permet sa complexification progressive.

Et si, au lieu de puiser ses ressources en quelque lieu interne ou externe providentiel, l’Univers les puisait à… hier ?

Il faut réformer nos préconçus. Nous pensons en trois dimensions, et nous pensons en temporalité. Mais rien ne dit que l’Univers soit intrinsèquement une structure tridimensionnelle à l’intérieur de laquelle s’écoulerait le temps. Au contraire, tout ce que nous pouvons observer de l’Univers pourrait n’avoir aucune dimension, et ne générer de l’observable que parce que les dimensions apparaîtraient au fur et à mesure du passage du temps.

La source même de l’énergie qui donne forme à tout ce qui fait monde pourrait n’être que l’écoulement du temps, et rien n’aurait d’existence en-dehors de cet écoulement. La provenance du réel et de son agencement ne serait que le précédent de l’instant au profit de l’instant toujours en train de se faire.

Nous avons peut-être trouvé l’ouverture, l’extérieur de l’Univers. Cette altérité à la totalité de ce qui peut être ne serait que cette même totalité qui se consommerait elle-même pour assurer sa propre pérennité.

Cela ne serait pas sans conséquence. Si tout prend forme à partir de la consommation de tout instant précédent la forme, cela signifie que tout instant précédent… disparaît définitivement ! Il n’y aurait pas alors d’hier physique, nulle part dans l’Univers. Tout ce qui aurait eu lieu serait annihilé à chaque instant, au profit de la continuation de la totalité.

Voilà ce que nous pouvons envisager du réel et qui pourrait répondre à la question de l’ouverture : l’Univers n’aurait aucune existence d’aucune sorte dans aucune dimension en-dehors de celles que génèrerait l’instant.

Hier n’existerait plus du tout. Demain n’existerait pas encore.

Tout ne serait que perpétuel glissement.

3 Comments

Maximum Entropy Production – 3e loi thermodynamique

 

La physique aujourd’hui se questionne sur la possibilité d’une loi générale qui orienterait l’organisation de toute chose, qui donnerait un sens à l’évolution de l’Univers.

La “troisième loi de la thermodynamique” ou MEP (Maximum Entropy Production) pourrait être cette loi, et elle exprime que les structures physiques suivent la nécessité de toujours dissiper un maximum d’énergie par unité de masse.

 

“L’astrophysicien américain Eric Chaisson a montré en 2001 qu’au fil de l’histoire de l’univers sont apparues des structures capables de dissiper l’énergie toujours plus efficacement, en rapportant leur production d’énergie libre à leur masse :

Source François Roddier - Thermodynamique de l'évolution
Source François Roddier – Thermodynamique de l’évolution
6 Comments

Interview pour Radio Pluriel, Essai Sur la Raison de Tout

Radio Pluriel

 

Interview du 9 juin 2008 pour la sortie de la première version de l’Essai Sur la Raison de Tout, par Michèle Jacquier

 

“Il y a du vertige, de l’apesanteur.”

 

À propos de l’environnement :

“C’est la question d’aujourd’hui et de demain, la première question qu’il faut se poser. Elle est fondamentale dans ce livre.”

 

“Il n’est pas de plus grande harmonie que celle de l’Univers, il n’est pas de plus beau tableau que celui offert à nos sens par la nature. Si l’humanité rend l’harmonie fébrile et salit le tableau, je rêve que ma contribution à notre évolution soit d’annoncer la possible restauration du plus simple et du plus bel équilibre.”

 

2 Comments

L’avenir de l’humanité : la paix absolue 2/2

 

Article paix 1/2

 

Death

 
 
 

S’il n’y a pas d’espoir, la guerre est impossible.

 
 
 

Nous ne pensons pas l’avenir avec les bons paradigmes

Alors qu’il ne fait plus de doute aujourd’hui, en toute rigueur, que la fin des ressources et les dérèglements climatiques contraindront de plus en plus fortement l’existence humaine, notre compréhension de la période à venir de réduction du champ des possibles subit un biais cognitif : nous sommes contraints de projeter sur ce qui va arriver (le déclin) ce que nous connaissons du monde d’hier (l’opulence).

Nous continuons à penser le 21ème siècle avec les paradigmes du 20ème, et ils sont caduques. Ils sont faux sur la disponibilité des ressources et nos potentialités de développement (le modèle économique néoclassique des approvisionnements faciles ne tient plus, évidemment), et ils sont faux à propos de la peur… parce que nous n’avons plus les moyens de la guerre !

2 Comments

L’avenir de l’humanité : la paix absolue 1/2

 

Article paix 2/2

 

Le 30 décembre 2014, le magazine en ligne Slate publiait un article sur la violence dans le monde (intégré en bas de page), rédigé non par un journaliste mais par deux experts : Andrew Mack, spécialiste de la sécurité internationale et Steven Pinker, professeur de Psychologie à Harvard.

Selon les recherches particulièrement documentées de ces spécialistes, l’ensemble de l’humanité n’a jamais connu une époque aussi paisible. Sauf disparités locales ou ponctuelles qui ne modifient pas la tendance générale, le taux d’homicide baisse, de même que les violences envers les femmes, envers les enfants, les génocides et les massacres de civils sont en recul et dans l’ensemble le nombre et l’intensité des conflits armés semble diminuer.

Ces données sont étonnantes, quand les indicateurs de ce qu’on pense être les causes des conflits et des haines sont tous au rouge (disponibilité de l’énergie et des ressources, climat détérioré, rendements agricoles en baisse, destruction directe de la faune et de la flore dont nous dépendons plus ou moins directement… lire la synthèse des données sur le site Adrastia.org).

La diminution de la violence correspond-elle à une période de répit, celle du point culminant de l’évolution humaine, avant la survenue du chaos pour cause de fin concrète des ressources et de destruction de l’équilibre écologique vital ?

 

Rome

Limits to Growth, The 30‑Year Update

Donella Meadows, Dennis Meadows, Jorgen Randers

 

Ou alors, et de façon contre-intuitive, le vortex d’effondrement qui s’annonce rendra-t-il le monde moins dangereux encore ?

Parions que l’humanité vivra son déclin chaque jour avec moins de violence, et voyons en quoi cette hypothèse n’est pas à écarter.

 

4 Comments

L’épopée de Gilgamesh : tout a été dit depuis toujours

 

gilgamesh theorie de tout

 
 

« Gilgamesh, où donc cours-tu ?

La vie que tu cherches, tu ne la trouveras pas.

Lorsque les grands dieux créèrent les hommes,

C’est la mort qu’ils leur destinèrent

Et ils ont gardé pour eux la vie éternelle,

Mais toi, Gilgamesh

Que sans cesse ton ventre soit repu

Soit joyeux nuit et jour

Danse et joue

Fais chaque jour de ta vie

Une fête de joie et de plaisirs

Que tes vêtements soient propres et somptueux

Lave ta tête et baigne-toi

Flatte l’enfant qui te tient par la main

Réjouis l’épouse qui est dans tes bras.

Voilà les seuls droits que possèdent les hommes. »

1 Comment

De l’origine, des processus et du déterminisme

Wang Fuzhi

 

Pensée de Wang Fuzhi, lettré chinois (1619-1692) :

« Il n’y a jamais eu ”un moment ou un existant qui puisse servir de point de départ au procès (lire “process”, en tant que processus)”, de sorte que ”tout le reste en soit la suite”. Ce que nous instituons comme point de départ n’est toujours qu’une commodité de la civilisation et n’a d’autre valeur qu’arbitraire, qu’il s’agisse du premier jour de l’année pour le décompte du temps, ou du choix du printemps par rapport aux saisons. »

« En amont comme en aval de lui-même, le cours du procès n’a pas d’extrémité possible. »

« On ne peut reconnaître un procès que dans la mesure où il est en train d’être en procès. Il n’y a de procès qu’en procès. Et la notion même de procès dissout la question de l’origine. »

 

F. Jullien, Procès ou Création. Une introduction à la pensée des lettrés chinois, Paris, Seuil, 1989

Citation trouvée dans l’ouvrage d’E. Klein : Les monde selon Etienne Klein, Paris, Equateurs Essais, 2014

 

Leave a Comment

Crises, environnement, climat : pourquoi il est trop tard pour agir… depuis toujours

 

Télécharger l’article en PDF

 

Nous nous questionnons sur la soutenabilité de nos sociétés en contexte de crise systémique. Parviendrons-nous à nous adapter au changement climatique ? Saurons-nous remplacer nos ressources énergétiques, que nous savons limitées, par d’autres, disponibles sur le long terme ? Pourrons-nous dépasser la fin des matières premières pour construire un autre monde, plus sobre, de surcroît plus respectueux de l’environnement ?

Si nous n’y parvenons pas et que les civilisations hypertechnologiques d’aujourd’hui disparaissent, d’autres pourront-elles leur survivre et prolonger longtemps l’histoire humaine ?

 

Cet article est une introduction à la théorie écologique de l’esprit et à la théorie de tout proposées dans les ouvrages référencés ci-dessous, tentant d’éprouver leurs arguments et leur méthodologie au regard d’un avenir aux perspectives inquiétantes qu’il nous faut apprendre à penser et anticiper.

 

Le piège de l’existence : Pour une théorie écologique de l’esprit, Editions SoLo, 2015

 

Essai Sur la Raison de Tout, deuxième version : La vérité, Editions SoLo, 2014

 

Synesthésie et probabilité conditionnelle : Lire le langage de programmation de l’Univers, accéder à une théorie de tout ?, Editions SoLo, 2014

 

theorie de tout mignerot

 

Plan :

1    Evolution autonome du climat

2    Le libre arbitre, cette (belle !) illusion

3    La compétition interdit la protection de l’environnement

4    Un effondrement salvateur ?

5    L’autodestruction est inscrite dans le principe d’humanité

6    Des processus, non une suite d’évènements

7    L’incertitude comme une défense, non comme de la prudence

8    Conclusion

–    Définitions et références

4 Comments
Translate »