Press "Enter" to skip to content

Catégorie : Théorie de tout

Ecologie et totalité

 

Il ne semble pas envisageable que nous parvenions à réduire nos émissions de gaz à effet de serre par anticipation, avant la déplétion des hydrocarbures. Nous n’opérerons jamais aucune transition énergétique, aucune réduction volontaire de notre impact sur l’environnement (lire L’écologie est-elle possible ?).

 

Selon l’équation de Kaya, le niveau de “progrès” (de confort, de sécurité) de l’humain peut être admis comme parfaitement indexé à la consommation d’énergie. Alors proposer de moins émettre de GES en réduisant la consommation de pétrole et de charbon (qui ne peuvent pas être remplacés par des énergies renouvelables sans réduire aussi à terme le niveau de confort global, puisque les énergies renouvelables dépendent de ressources primaires finies pour être mises en œuvre et entretenues) c’est immanquablement proposer de réduire notre niveau de vie… et cela induit un recul dans la compétition existentielle, à l’échelle de l’individu, de la famille, qui sera moins capable de se soigner ou de prendre soin de ses proches et de ses enfants, ou de la communauté : un pays qui réduirait volontairement son PIB reculerait instantanément dans la compétition internationale. Proposer donc de réduire notre niveau de vie signifie demander aux individus et aux peuples de faire des efforts à leur désavantage direct. Pourquoi feraient-ils ces efforts puisqu’ils seraient sûrs d’être perdants ? Même si à terme les efforts auraient protégé l’avenir, la compétition, elle, se joue bien dans l’instant !

3 Comments

Avant demain, Epigenèse et rationalité – Catherine Malabou

logo-lesinrocks-167x57

 

 
 

Avant demain, Epigenèse et rationalité de Catherine Malabou (PUF, 336 p, 21 €)

Catherine Malabou

 
 

Philosophe rattachée au courant actuel du “réalisme spéculatif”, Catherine Malabou se propose dans son nouvel essai Avant demain, Epigenèse et rationalité, d’interroger les processus de pensée à partir de leur ancrage biologique (Les Inrocks).
1 Comment

Arnold J. Toynbee – La grande aventure de l’humanité

 

“Arnold Toynbee, unanimement considéré comme un des plus grands historiens du XXe siècle, nous donne ici sa version de l’histoire de l’humanité. Il fait le récit du destin de toutes les grandes civilisations : Sumer, l’Égypte, l’Amérique centrale, l’Inde, la Chine, Rome, la Perse, l’empire arabe, Byzance, les Mongols, la chrétienté occidentale sont passés en revue. Un récit vivant, exhaustif et précis, mené de main de maître par un des derniers grands humanistes, l’un des derniers à pouvoir brasser une telle somme d’informations. Des chapitres d’analyse et de réflexion figurent également, sur le destin des civilisations, leurs relations avec la technologie, avec les autres civilisations.”

Source : Editions Payot et Rivages

 

Arnold Toynbee, La grande aventure de l’humanité, page 28, avant 1975 :

“Il semble que l’homme ne soit pas capable d’échapper à la némésis de sa puissance démoniaque et de sa cupidité, à moins de consentir à un changement de ses dispositions d’esprit, qui le conduirait à abandonner son objectif actuel et à épouser l’idéal opposé. La gageure qu’il s’impose actuellement le confronte à un défi péremptoire.”

 

Autre citation :

“Les civilisations meurent par suicide, non par meurtre.”

 

A. Toynbee

Leave a Comment

L’heuresthésie d’Henri Poincaré : Les paysages de la géométrie

 

Source en ligne : Strass de la philosophie, Jean-Clet Martin

 

Article d’Henri Poincaré publié dans la Revue de métaphysique et de morale, troisième année (1895), page 631-646

 

Rappel de la définition de l’heuresthésie :

 

L’heuresthésie désigne ces moments ou ces permanences de l’être qui, par l’entremission et la coordination de ses sens et, dépassant sa propre volonté, de façon consciente ou non, atteint à l’essence du monde pour en admettre l’univoque et absolue définition existentielle. Cette expérience esthétique, éminemment intime, doit trouver confirmation par l’intermédiaire d’une production structurée de données rigoureusement vérifiables pour être qualifiée d’heuresthésie.

 

 

Henri Poincaré décrit parfaitement ici comment sa compréhension de la géométrie est supportée par des données issues de son expérience sensorielle et motrice, qui fait sens et guide sa connaissance de la topologie mathématique.

 
 

Leave a Comment

L’écologie de Gregory Bateson – µTime

µTime

Publié le 24 février, 2007

Lien vers l’article sur le site µTime

 

« Il y a une écologie des mauvaises idées, comme il y a une écologie des mauvaises herbes. » Gregory Bateson 


« Vers une écologie de l’esprit »
Gregory Bateson (1904-1980)

 

Gregory Bateson

      Scientifique américain ayant consacré sa vie à la recherche dans des domaines très variés des sciences sociales (anthropologie, psychiatrie, cybernétique), Gregory Bateson  s’est principalement attaché à penser une épistémologie[1] nouvelle à partir des matériaux de la cybernétique (rapports du tout à ses éléments et critique de la disjonction substantialiste entre sujet et objet), de la théorie des systèmes (étude des boucles et systèmes d’interaction complexes) et des types logiques (mise en perspective hiérarchique des relations). 

Leave a Comment

Présentation

 
 

“Certaines de nos questions existentielles les plus importantes (sur notre origine, notre nature, notre écologie, notre avenir…) acceptent des réponses rationnelles, vérifiables et définitives. Alors que nous faisons face à un contexte de crise globale dont nous devons assumer la responsabilité et qui annonce l’imminence de notre fin, nous réconcilier avec ce que nous sommes semble malgré tout possible.”

 
 

Parution le 1er décembre 2014

 

Essai Sur la Raison de Tout - Mignerot - SoLo - 2014 - front

 
 

Vers la présentation du site ->

 
 

Leave a Comment
Translate »